Fabrice Pannetier et Frédéric Valentin dans la pièce 60 degrés

Soixante degrés : une laverie et deux potes

Etre jeune à Paris rime souvent avec soirées à la laverie. Nul doute que Jean Franco et Jérôme Paza se sont inspirés de leurs années galères à l’écriture de Soixante degré, comédie fraîche et moderne qui squatte le théâtre de la Contrescarpe depuis octobre. Pour avoir exploré en long, en large et en travers, l’univers fascinant des lave-linge en libre service, je ne pouvais qu’approuver le cadre : entre le distributeur de monnaie en panne, l’oubli de lessive et les usagers aux mœurs étranges, les laveries sont des petits théâtres du quotidien où tout peut arriver.

Les laveries sont des petits théâtres du quotidien où tout peut arriver. Click To Tweet

L’amorce de la pièce est d’une jolie simplicité. Damien rencontre Rémi un soir au Lavomatique. Coup du sort, la petite amie de Damien est aussi l’ex-petite amie de Rémi. Forcément, ça rapproche. Au fil des retrouvailles à l’heure de la chaussette sale, les petites discussions de courtoisie se changent en belle amitié sous les yeux d’un public conquis par l’humour et le naturel de ces deux amis de hasard . Et puis un jour…

Impossible d’en dévoiler plus sans gâcher la raison d’être de Soixante degrés. Rythmée par des scènes courtes et autonomes, la pièce n’est pas sans rappeler les sitcoms américaines capables de conjuguer légèreté de ton et sujets de société. Ainsi, l’écriture, drôle et efficace, se démarque par une certaine délicatesse de plus en plus palpable à mesure que le récit gagne en émotion. En prime la justesse et la candeur de deux comédiens charismatiques, le sémillant Fabrice Pannetier et l’appétissant Frédéric Valentin, dirigés avec intelligence par une metteuse en scène – Florence Fakhimi –  qui a su tirer parti des natures complémentaires de ses interprètes.

Alors, à quand votre prochaine machine ?

 

Affiche de la pièce de théâtre Soixante degrés

Soixante degrés, les dimanches et lundis à 20h45 au théâtre de la Contrescarpe, Paris 5e

[Photo : Edouard Mutez]

Rendez-vous sur Hellocoton !