Extrait de Racine ou la leçon de Phèdre par Anne Delbée

Savoir écouter la musique de Racine, la leçon d’Anne Delbée

Que ce soit l’odeur des pages d’une édition scolaire ou l’ennui mortel d’une mise en scène ratée, nous avons tous un souvenir lié à Racine. Des lointaines réminiscences du collège aux productions expérimentales de troupes inspirées, les œuvres de l’ami Jean (le dramaturge, pas le restaurant) ont formé et forment toujours la sensibilité des Français.

Pour ma part, Racine est avant tout une mélodie pleine de cris passionnés, de silences douloureux, de « hélas » infinis émergeant des cascades furieuses d’alexandrins. J’ai découvert sa musique l’été de mes 9 ans, lors d’une mise en scène grandiose de Bérénice dans les arènes de Saintes. Figurante dans une petite armée de deux cents bénévoles, je me berçais des affres sentimentaux d’une reine d’Egypte rejetée du peuple romain malgré son amour pour l’empereur : « Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous, Seigneur… »

Affiche de Racine ou la leçon de PhèdreCe sont ces premiers émois pour le théâtre qu’Anne Delbée fait resurgir lorsqu’elle enfonce une casquette sur ses oreilles, prend le micro et déclame effrontément sur un rythme rock des vers de Phèdre. Nous ne sommes pas à Rome et Bérénice n’a rien à faire dans cette histoire de belle-mère incestueuse, mais la musique ne s’oublie pas : obsédante, mouvante. Les rimes à la puissance du ressac vous enivrent et vous entraînent dans les noirceurs des frustrations et du désespoir. C’est beau à vous faire perler la paupière.

Et puis, heureusement, vous vous ressaisissez parce qu’au-delà de l’émotion racinienne, l’artiste à des choses à vous dire, voire à vous enseigner : Racine ou la leçon de Phèdre… J’aurais envie de dénaturer légèrement le titre, Racine ou une leçon de Phèdre, le spectacle s’apparentant à une analyse de l’écriture et de la personnalité du poète à partir de son oeuvre maîtresse.

Anne Delbée est une passionnée qui mange, dort et respire Racine. Il fait peu de doutes que seul un nombre infime de comédiens puissent concurrencer son phrasé idéal, capable de mettre en lumières toutes les subtilités de ce style à la fois vif et voluptueux. Leçon de théâtre ? Je dirai plutôt cours de langue, de ce sublime français racinien qui mérite à lui seul toute une mise en contexte pour en saisir ne serait-ce que l’accentuation. Professeur iconoclaste, Anne Delbée parsème sa performance d’envolées surprenantes et un peu folles offrant à son public une immersion déconcertante dans un XVIIe siècle carrément underground. On n’a jamais vu ça !

 

 

Racine ou la leçon de Phèdre, de et avec Anne Delbée au théâtre de Poche Montparnasse, Paris 6e. Jusqu’au 12 novembre 2016.

[Crédit Photo : http://www.theatredepoche-montparnasse.com/]

Rendez-vous sur Hellocoton !