Flyer de la pièce Mariage et Châtiment, David Pharao, théâtre Hébertot, Paris

Mariage et châtiment, une comédie au théâtre Hébertot

Lundi 27 mai 2016. Théâtre Hébertot, Paris.

Il est un peu plus de 18h30 quand le rideau s’ouvre sur la troupe de Mariage et châtiment, nouvelle production événement du boulevard des Batignolles, programmée pour la rentrée de septembre et présentée ce soir à la presse. C’est Jean-Luc Moreau qui joue le maître de cérémonie. Son allure décontractée et sa silhouette de jeune homme timide détonnent, surtout avec sa renommée. Metteur en scène respecté et histrion de haut vol, il serait amplement pardonné d’une prise de micro plus crâne. Mais voilà, Jean-Luc Moreau ne fait pas dans le cabotinage, il a des choses à nous dire et une pièce à défendre.

Affiche de la pièce "Mariage et Châtiment" de David Pharao, théâtre Hébertot, Paris, 2016Née de la plume de David Pharao, la comédie Mariage et châtiment – qu’on nous promet élégante et aussi profonde que divertissante – attise la curiosité. Au-delà d’une accroche maligne (j’y reviendrai), la petite sœur de L’Invité, succès retentissant du théâtre Edouard VII en 2004, jouit d’un casting musclé et d’un parrain de poids. En tête d’affiche, la captivant Daniel Russo et le bon géant Laurent Gamelon, agréablement accompagnés de Delphine Rich, Fannie Outeiro et Zoé Nonn. Dans l’ombre du hors scène, Francis Lombrail, directeur éclairé qui aligne les chefs-d’œuvres depuis sa reprise du théâtre Hébertot en 2013 et à qui je dois bon nombre de coups de foudre : Des Fleurs pour Algernon avec le génial Grégory Gadebois, Le Père et La Mère, sublime diptyque de Florian Zeller, Le Roi se meurt avec sa majesté Michel Bouquet, Les Cartes du pouvoir, magistral ! Jusqu’à présent, aucune comédie, mais on imagine mal une perle en toc sur ce collier de splendeurs. Mariage et châtiment se doit d’être à la hauteur.

Pour ce qui est de l’histoire, bien peu nous sera dit et le motif tient en quelques mots : l’honnête Edouard (Daniel Russo) fait un jour la boulette de sortir un mensonge titanesque qui va dynamiter sa vie et celle de son meilleur ami (Laurent Gamelon). Les comédiens prendront la parole à la suite de Jean-Luc Moreau  pour évoquer l’humanité des personnages, la finesse du style de David Pharao, la belle composition de la troupe, mais rien de plus ne sera dévoilé ce soir-là sur le contenu de la pièce . Nous avons cru à quelques indiscrétions de l’auteur lorsque, volubile, il s’est lancé dans des développements sur le fil, jusqu’à ce que Francis Lombrail intervienne pour préserver le mystère. Ouch ! Pas d’autre alternative que d’être dans la salle au 1er septembre.

Rendez-vous sur Hellocoton !