Envie de théâtre en août à Paris ? Ça peut se faire…

Paris, mi-août. Alors qu’il vous faut changer d’arrondissement pour trouver une boulangerie ouverte et que vous devez vous contenter du PMU pour siroter un Perrier menthe, y a-t-il encore un espoir pour les amateurs de théâtre de se sustenter ? Contre toute attente, oui. Des pièces cultes qui ne ferment jamais boutique aux succès de l’année qui jouent les prolongations, il est possible de se dégoter une bonne petite comédie aux bienfaits revigorants. Par contre, en ce qui concerne les productions de plus grande envergure aussi bien dans la réalisation que dans l’émotion, il faudra attendre la délivrance de septembre. Pour vous aider dans votre choix, voici une sélection – hautement subjective et fichtrement non exhaustive – de pièces à l’affiche.

 

Open

 

Les cultissimes

Ce sont les indéboulonnables. Des valeurs sûres qui doivent leur succès à leur inventivité et un sens de l’humour décapant. Foncez !

Le Tour du monde en 80 jours, Le Splendid

Dernier coup de ciseaux, théâtre des Mathurins

J’aime beaucoup ce que vous faites, Café de la Gare

 

Les déconneurs

Trois machos qui parlent de gonzesses, un ancien basketteur qui analyse le rap à la lueur du Bescherelle et une Niçoise qui rêve de tartiflette au mois d’août. Il n’y a plus qu’à choisir.

Desperate Housemen, Bobino

Le Comte de Bouderbala, Le République

Alexandra Roth, théâtre du Gymnase

 

Les rafraîchissantes

Du bon café-théâtre, inspiré et sans esbroufe. Rien qui ne changera votre vie mais le smile est garanti, et c’est déjà pas mal.

Une semaine pas plus, théâtre Saint-Georges

Sous les jupes, Mélo d’Amélie

Le Carton, Béliers Parisiens

La Gueule de l’emploi, Mélo d’Amélie

 

Les points d’interrogation

Pas vu, rien lu, mais une mise en scène d’Eric Métayer pour l’une, un triomphe outre-Manche pour l’autre et un bel éventail de comédiennes pour la troisième… Mon petit doigt me dit qu’il serait bon de s’y aventurer.

La Folle Evasion, théâtre de la Gaîté Montparnasse

Les Faux British, théâtre Tristan Bernard

Coiffure et confidences, théâtre Michel

 

L’exception Huster

Alors que la grande majorité des programmations de l’été jouent la carte de l’humour et de la légèreté, Francis Huster ose le drame et la littérature. Pour les inconditionnels romantiques.

La Peste, théâtre des Mathurins

Le Joueur d’échecs, théâtre Rive Gauche

 

Un dernier conseil : aller également faire un tour sur le site du Lucernaire, un des seuls théâtres parisiens à offrir une programmation estivale avec de vraies prises de risque.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !