Détail de l'affiche des ciné-concerts russes du théâtre de Poche Montparnasse.

De la french attitude aux ciné-concerts russes

D’abord la stupeur, la sidération, le silence de l’incompréhension. Et puis un déluge de tristesse qui noie tout. Pas de peur, non. Mais un vide immense. On ne sait quoi dire. Tout nous semble déplacé. On aurait presque honte d’être vivant, en bonne santé, apte à croquer la vie. Tant d’impuissance dans cette « bien portance » toute rabelaisienne, dans ce plaisir du divertissement, de la culture et de la convivialité. Et pourtant, elle est là notre meilleure arme ! S’ils ont la mort, nous avons la vie. Parisiens, Toulousains, Bordelais, Lyonnais, Strasbourgeois, faites briller comme jamais la ville lumière. Couvrez les stades de vos clameurs. Électrisez salles de concert et scènes de théâtre de vos applaudissements. Investissez les terrasses de café quel que soit le temps. Agissez, soyez français ! Agissez, soyez français ! Click To Tweet

Et pour les déboussolés qui ne savent pas trop par quoi commencer, vous pouvez d’ores et déjà vous féliciter d’être bien tombés, parce que des idées pour exprimer pleinement votre french touch, j’en ai à la pelle !

 

Les ciné-concerts russes au théâtre de Poche-Montparnasse

Du cinéma ? Oui. De la musique live ? Aussi. Et tout ça dans un théâtre ? Mais puisque je te le dis ! Cette saison, tous les samedis au théâtre de Poche, c’est ciné-concert. Un film muet, deux musiciens inspirés et c’est parti pour une heure d’émerveillement, véritable retour aux sources de l’art cinématographique.

 

Détail du film russe La Jeune Fille au carton à chapeau

Anna Sten dans « La Jeune Fille au carton à chapeau ».

La Jeune Fille au carton à chapeau, production soviétique de 1927, nous réconcilie avec la pantomime, le sketch, la délicieuse poésie de la fantaisie. Au centre, on découvre la légère et espiègle Anna Sten qui n’a rien trouvé de mieux que d’entraîner un pauvre bougre dans un mariage blanc pour lui fournir un toit. Tout paraît simple et évident. On passe des coups de poings au coup de foudre, des mesquineries aux déclaration d’amour sans jamais se départir d’un ton léger, allègre, idéalement mis en relief par Marie Gremillard (violoncelle) et Vadim Sher (piano, accordéon, clavier). Leurs mines réjouies trouvent écho au bout de leurs doigts quand la pellicule s’illumine du regard mutin de l’héroïne. Presque un siècle et pourtant tant de fraîcheur ! La semaine prochaine fera honneur à nos chères têtes blondes avec le Florilège des neiges, sept courts-métrages aux charmes multiples, à l’image de leurs styles et techniques, radicalement différents. Avouons que c’est plutôt tentant !

 

Affiche des ciné-concerts russes du théâtre de Poche-Montparnasse.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !