Ça n’arrive pas qu’aux autres : comédie de la folie ordinaire

Quand Nicolas Martinez et Benoît Moret, deux fidèles de la Troupe à Palmade, associent leurs personnalités dans la création d’une comédie, ça fait boum ! Toujours à l’affût de textes hors normes, le Café de la Gare a ouvert sa saison avec Ça n’arrive pas qu’aux autres, pièce pour le moins décalée, qui nous propose de vivre en direct le déroulement d’un fait divers scabreux. Après Têtes de lard, spectacle borderline qui nous avait familiarisé l’an passé avec le concept de comédie dérangeante, l’équipe de Philippe Manesse franchit un nouveau cap en offrant à son public une soirée cauchemardesque au réalisme stupéfiant.
 

 
Il est près de 20h lorsqu’un couple de Parisiens frappe au volet d’une maison en vente en Normandie. Les Marti, propriétaires à l’humour quelque peu douteux, les invitent à prendre un verre avant de commencer la visite. Grave erreur que d’accepter de s’asseoir dans leur canapé ! Les hôtes ont envie de bavarder et n’ont que faire du planning serré des acheteurs qui doivent rejoindre la capitale avant minuit. Les échanges de courtoisie laissent très vite place à des sujets de discussion plus ou moins sensibles qui révèlent les personnalités déglinguées des uns et les profondes frustrations des autres, jusqu’à ce que la situation parte franchement en cacahuète.

Le décor, impeccable de mauvais goût, met tout de suite à l’aise : meubles dépareillés, coussins à fleurs et murs en placo apparents, un intérieur qui sent le vécu et le Ricard, à l’image des répliques, banales mais saisissantes de justesse. Nicolas Martinez, smicard en débardeur grisâtre et jean crado, a littéralement son personnage dans la peau, un quadra à la complexité psychologique aussi fascinante qu’effrayante – paranoïa, mythomanie et toute autre forme d’instabilité psychique – capable de pousser à bout n’importe qui. Tenez, ce bon bourgeois de Paname venu visiter sa maison par exemple (Benoît Mouret)! Si Ariane Boumendil et Pascale Oudot incarnent parfaitement les deux épouses victimes, le combat se joue clairement entre les maris, caricatures sociales tracées avec une précision déstabilisante. Qui ne s’est jamais retrouvé coincé dans le salon d’un voisin au comportement inquiétant ? L’exactitude dramatique de Ça n’arrive pas qu’aux autres, comédie jusqu’au-boutisme brillante, sert de mise en garde. Rions du fait divers, tant qu’il ne frappe pas à notre porte…

 

Ca n'arrive pas qu'aux autres-affiche
Ça n’arrive pas qu’aux autres au Café de la Gare, texte et mise en scène de Nicolas Martinez, Benoît Moret ; avec Ariane Boumendil, Nicolas Martinez, Benoît Moret, Pascale Oudot. Photo : © Fabienne Rappeneau.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !