BD – Garulfo, Livre 1er

« Dans le royaume de Brandelune, au pied des tours du château, en deçà de la ville, au-delà des champs, à l’orée du bois, il y avait une mare et près de cette mare vivait Garulfo ». Ainsi commencent les aventures d’une petite grenouille vouant à l’homme une affection et une admiration sans faille.

Cette première page met tout en place, tout de suite, sans grands dialogues, de façon astucieuse et recherchée.

Garulfo 1En sept vignettes, les auteurs Alain Ayroles (scénario), Bruno Maïorana (dessin) et Thierry Leprevost (couleur) ont tout installé :

  • un cadre de conte de fée
  • une mise en page ambitieuse
  • des personnages solides
  • une distance propre à la parodie
  • un humour surgissant là où on ne l’attend pas.

Alain Ayroles, également auteur de l’excellente série De cape et de crocs, aurait pu commencer par « il était une fois ». Il le fait presque d’ailleurs, mais presque seulement. Garulfo a tout du conte de fée, mais avec ce léger décalage propre aux parodies les plus réussies. Ceux ayant vu Princess Bride (Rob Reiner – 1988) ou Ella au pays enchanté (Tommy O’Haver – 2005), seront en terrain connu. Garulfo utilise exactement la même recette : se jouer des codes avec respect et intelligence.

Publié en 1995 et 1996 aux éditions Delcourt, ce diptyque suit le destin d’une grenouille garçon qui n’en peut plus de sa condition animale et souhaite devenir un homme. Il ne sait pas comment parvenir à ses fins mais il a la foi ; il croit dur comme fer que sa place est parmi ces hommes qu’il admire tant.

Garulfo 2Aussi déterminé que naïf, mais sans le moindre plan, notre invétéré idéaliste prend la direction du château ! En chemin, il croise la route de la sublime princesse Héphilie. Elle se baigne lascivement dans la rivière sous l’œil protecteur de sa tutrice, le bougonne Noémie. Celle-ci lui lit une histoire que Garulfo prend au pied de la lettre. Extrait :

« NOÉMIE : … et alors, la grenouille dit à la princesse : « Embrassez-moi, belle dame, et je me transformerai en prince charmant ».

HÉPHILIE : J’ai passé l’âge de ces fadaises, ma pauvre Noémie ! »

Pour Garulfo, voilà LA solution, LE moyen pour lui de devenir un homme. Mais cette quête de baiser pour un changement de condition ne sera pas du tout celle espérée. Au fil de ses aventures, la petite grenouille naïve se rendra compte de la nature humaine… Bien différente de ce qu’il croyait.

N’ayons pas peur des mots, cette bande-dessinée est un bijou. Princesse, sorcière, dragon, preux chevaliers, on y retrouve tous les éléments des contes de fée, mais de façon détournée et c’est à mourir de rire pour qui en connaît parfaitement les codes. Tout au long des 2 tomes, chaque vignette fourmille de détails. Et si le graphisme de Bruno Maïonara évolue, ses cadrages, eux, restent toujours extrêmement recherchés, tout comme les expressions des personnages parfaitement maîtrisées véhiculant ainsi toutes sortes de sentiments. Par exemple, lorsqu’il se retrouve sous forme humaine, Garulfo n’en conserve pas moins des expressions de grenouille. De plus, on perçoit immédiatement la bêtise de beaucoup de protagonistes.

Alain Ayroles, quant à lui, est un esthète des mots et de la langue française. Il joue avec comme nul autre. Ses dialogues, savoureux, rappellent un peu ceux de la série Kaamelott (Alexandre Astier – 2005/2009). Les gags proposés sont, eux aussi, irrésistibles.

 

Garulfo 3

 

L’histoire, elle, va crescendo. Au fur et à mesure des pages, les événements s’accélèrent sans que le lecteur ne soit jamais perdu. Simple mais riche, la trame est menée avec une précision chirurgicale. De fait, De mal en pis (2e tome) est bien plus rythmé que De mare en châteaux (1er tome). On termine à 100 à l’heure. Courses poursuites et duels s’enchaînent frénétiquement, mais toujours avec une grande logique. Rien n’est jamais brouillon. La rigueur demeure. Chaque élément est essentiel.

Cerise sur le gâteau, grâce aux mésaventures de cette petite grenouille idéaliste, les auteurs invitent le lecteur à la réflexion et délivrent un message… Comme dans tout bon conte de fée qui se respecte.

 

Garulfo 4

 

Alors si, comme moi, vous aimez les contes de fée, ne vous privez pas de lire Garulfo. Il se pourrait bien que vous enchaîniez les 2 tomes d’une seule traite avec un constant sourire au coin des lèvres. Cependant, aussi maîtrisés soient-ils, il plane une ombre au-dessus des 2 volets de Garulfo (regroupés également en intégral sous le titre Livre 1er) : celle que lui fait le Livre 2 regroupant les tomes 3, 4, 5 et 6 parus entre 1997 et 2002, véritables chefs-d’œuvre que nous verrons une fois prochaine.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !