Daniel Craig dans 007 Spectre.

007 Spectre : James et la fille d’à côté

En retard ! En retard ! En retard ! En ce moment j’ai l’impression d’être la nana du lapin blanc. C’est comme ça que je me retrouve à écrire un article sur un film sorti il y a trois semaines… Venons-en au fait : que dire du dernier volet des aventures de notre agent secret préféré incarné par ce bourrin de Daniel Craig ? Je n’irai pas à l’encontre des critiques en affirmant que 007 Spectre est un poil en dessous de Casino royale et Skyfall. La faute à un scénario et une réalisation plus consensuels. Moins torturé, plus gentleman, James Bond revient aux origines du mythe tout en gardant la brutalité de son interprète. Ça sent toujours autant le muscle et la sueur, mais on a gagné en élégance. Pourtant, alors que l’action est bel et bien au rendez-vous et que les prouesses filmiques s’enchaînent (la plan-séquence d’ouverture dans les rues bondées de Mexico est à tomber), ce sont les James Bond girls qui ont le plus suscité mon intérêt en raison de leur incroyable et remarquable banalité.

Ça sent toujours autant le muscle et la sueur, mais on a gagné en élégance. Click To Tweet
Léa Seydoux dans 007 Spectre.

Léa Seydoux dans « 007 Spectre ».

Je m’explique. Voilà près de 50 ans qu’on assiste aux galipettes de 007 avec les plus belles créatures du monde pour que finalement, en 2015, il tombe amoureux de Léa Seydoux, parfaite girl next door à la française. « Et cette bombasse mexicaine avec qui il partage une chambre d’hôtel au début du film ? » me direz-vous. Puis-je me permettre de vous rafraîchir la mémoire : elle se mange un vent phénoménal, James préférant l’adrénaline d’un duel aérien. Et puis il y a Monica Bellucci aussi. Toujours aussi voluptueuse, certes, mais qui a passé le cap de la cinquantaine. L’agent secret nous avait caché son goût pour les femmes mûres. Somme toute, 007 Spectre affirme le virage amorcé en 2006 par Eva Green qui avait réussi à mettre le grappin sur Bond dans Casino Royale, malgré une mine pâlotte et une moue boudeuse. Finie  la plastique irréprochable d’une beauté homologuée à l’international, bonjour au charme naturel des filles de caractère! Tom Cruise avait déjà montré la voie cet été en accueillant dans son équipe de Mission impossible la brillante Rebecca Ferguson. Les plus à plaindre dans cette histoire sont finalement les spectateurs masculins qui, non contents de perdre un accès direct à leurs fantasmes, doivent se coltiner l’ego reboosté de leurs copines : « Tu vois, James Bond il kiffe les petites Françaises rondes avec les dents écartées! » Insupportable…

 

[Photos : © 2015 Sony Pictures Releasing GmbH]

Rendez-vous sur Hellocoton !